Encourager les jeunes à mieux comprendre le handicap, l’accessibilité et l’inclusion

Enseignante Shauna Stanyer avec un groupe d'étudiantes.
« En tant qu’enseignante, je transmets beaucoup de bonté à mes élèves. Susan et moi espérons que toute cette bonté saura s’épanouir dans la vie de nos élèves et qu’un jour ils en profiteront et la passeront au suivant. » – Shauna Stanyer, enseignante à l’école secondaire Holy Cross de Surrey, en Colombie-Britannique; elle et sa collègue, Susan Sousa, sont les lauréates 2017 du Programme « Personnes qui font une différence » (éducateurs)
Shauna Stanyer et sa collègue, Susan Sousa, croient que la plupart des étudiants sont impatients de saisir les occasions de sensibiliser les gens aux personnes ayant un handicap et d’améliorer la qualité de vie de tout un chacun.

« La plupart des enfants sont vraiment gentils, empathiques, compatissants et parfois ils ont juste besoin d’un petit coup de pouce pour devenir plus conscients et perspicaces », dit Mme Sousa. « Après avoir appris à connaître un élève ayant un handicap, et surtout lorsqu’ils apprennent à connaître ses besoins, ils agissent de la bonne façon. La différence intimide, mais une partie de mon travail consiste aussi à aider les élèves à comprendre les besoins des autres. »
Il y a cinq ans, le directeur de l’école secondaire Holy Cross de Surrey, en Colombie-Britannique, a fait découvrir à Mmes Sousa et Stanyer le Programme scolaire de la Fondation Rick Hansen (PSFRH). Voulant accroître les connaissances de leurs élèves sur les handicaps, l’accessibilité et l’inclusion, elles ont travaillé ensemble pour utiliser les ressources du PSFRH de façon interdisciplinaire, et ce, à tous les niveaux. Les ressources, y compris les trousses Capacités en mouvement et Personnes qui font une différence, permettent aux enseignants de préparer des leçons qui s’intègrent facilement au programme d’études de chaque province ou territoire. Elles encouragent les élèves à être de bons citoyens, sensibles aux inégalités.

« L’éducation ne se limite pas à la classe. Elle consiste à donner aux élèves les compétences dont ils ont besoin pour avancer dans la vie », explique Mme Sousa. « Nous voulons que nos élèves puissent regarder avec plus de compassion et de compréhension une personne ayant un handicap dans la
rue. »

Comprendre les défis de la vie

Les deux enseignantes croient qu’il est important de tendre la main à toutes les personnes qui pourraient être marginalisées et de faire preuve de solidarité envers celles dont les droits fondamentaux de la personne ne sont pas respectés. Que ce soit lors de réunions de personnel ou dans la classe, les enseignants peuvent choisir d’appuyer les leçons du PSFRH grâce à une présentation faite par un ambassadeur de la FRH.

Les ambassadeurs de la FRH sont des personnes ayant des handicaps qui proviennent de partout au Canada et qui racontent leurs façons de surmonter les obstacles quotidiens. Les participants peuvent s’entretenir ouvertement avec eux afin de mieux comprendre la réalité des gens qui vivent avec un handicap.

« Nos élèves ont pu s’identifier à Stan Leyenhorst [ambassadeur de la FRH qui a subi une lésion médullaire à l’occasion d’un accident de plongeon]. Ils ont beaucoup appris au sujet des choix personnels, des conséquences et des défis de la vie », explique Mme Stanyer.
Les élèves ont pu constater de leurs propres yeux à quel point l’accessibilité a une incidence sur la dignité humaine et mieux comprendre comment Stan mène une vie productive et pleine de joie.

L’an dernier, Mmes Sousa et Stanyer ont collaboré avec la FRH pour organiser une journée de l’innovation visant à approfondir l’engagement avec les ambassadeurs de la Fondation. L’événement a eu lieu au Blusson Spinal Cord Centre, à Vancouver. Les élèves ont collaboré avec des ambassadeurs pour rendre un jeu ou une application accessible aux personnes ayant un handicap. En apportant leur expérience de vie unique et pertinente, les ambassadeurs ont répondu aux questions des élèves et encouragé leur créativité.

Éliminer les obstacles à l’accessibilité

« Les étudiants de l'école Holy Cross simulant les handicaps de vision et d'ouïe, prêts à faire des activités CEM.»
Le PSFRH a plus que jamais sensibilisé Mmes Sousa et Stanyer aux obstacles physiques à l’accessibilité. Bien que leur école soit vieille et désuète en ce qui concerne l’accessibilité, les deux femmes ont récemment voulu y accueillir un élève malentendant. Les responsables de l’école ont donc installé un système audio mural relié à un microphone. Quand les élèves font des présentations orales, ils peuvent porter le microphone et permettre ainsi à tout le monde de bien entendre.

De plus, l’école dispose maintenant de toilettes accessibles, et prévoit réparer le bouton qui permet d’ouvrir la porte du hall et remplacer les anciennes poignées de porte par des poignées à levier plus fonctionnelles.

Cultiver la bonté

La bonté que Mmes Sousa et Stanyer ont transmise à leurs élèves se fait déjà sentir chez leurs finissants.

« Tandis que je pensais à tous mes formidables élèves, je me suis souvenue d’une jeune fille en particulier. Elle a obtenu son diplôme l’année dernière, étudie actuellement en sciences et envisage de se lancer en médecine », explique Mme Stanyer. « Elle a été l’une des principales organisatrices de notre assemblée annuelle sur la justice sociale et souhaite poursuivre cette passion pendant ses études en médecine. »

« Et il y a de jeunes finissants qui reviennent après avoir obtenu leur diplôme et me disent : “Je me souviens encore de ce que vous m’avez appris”, et ça, c’est vraiment gratifiant », ajoute Mme Sousa.
Les enseignants aimeraient mettre en place un système qui permettrait à toutes les écoles catholiques de la Colombie-Britannique d’utiliser les ressources du PSFRH. Les ressources offertes sont exhaustives, faciles à utiliser et satisfont aux compétences de base de toutes les attentes du programme d’études. De plus, elles sont souples et offrent une variété de styles d’enseignement tout en aidant à susciter des conversations qui peuvent changer la culture de toute une classe — ou de toute une école.

Mmes Sousa et Stanyer ont été humblement honorées d’être les lauréates 2017 du Programme « Personnes qui font une différence ». Cette reconnaissance les inspire, disent-elles, à mettre en place encore plus de ressources et à accroître l’impact global que les initiatives en matière d’accessibilité ont sur leurs élèves et sur les membres de la communauté dans son ensemble.